Nos équipes sont
disponibles du
lundi au vendredi
de 9h30 à 18h00

     
Sélectionner une page

Pourquoi transformer son entreprise, pour quels objectifs et résultats ? Et si je ne transforme pas, quels risques pour mon entreprise ?

Une entreprise qui s’inscrit dans une politique de transformation digitale devra définir une bonne stratégie du changement. La compréhension des enjeux à tous les échelons de l’entreprise et l’adhésion de tous sont des prérequis indispensables à la réussite d’un tel projet.

La transformation digitale est coûteuse et nécessite de forts investissements tant humains que financiers. Mais une entreprise peut-elle encore se permettre de ne pas prendre le train de la digitalisation ?

1. La digitalisation : source de performance opérationnelle

La digitalisation permet avant tout à l’entreprise d’améliorer ses processus pour gagner en efficience.

Les plateformes ou autres applications web structurent désormais les échanges internes en notifiant immédiatement la ou les personnes concernées (process owner). L’information est de meilleure qualité, centralisée et facilement diffusable.

Par ailleurs, l’entreprise d’aujourd’hui externalise de plus en plus. Il est alors important d’intégrer les partenaires ou autres ressources externes dans les processus. Les plateformes SaaS jouent alors un rôle de place de marché facilitant les échanges.

Côté opérationnels, pourquoi doivent-ils pousser à 200% leur entreprise à se digitaliser ? Parce que la digitalisation, c’est avant tout leur permettre d’être concentrés sur leurs propres tâches et objectifs opérationnels.

La digitalisation, c’est donner à l’opérationnel l’opportunité d’être “focus business

L’automatisation et la simplification des processus permettent une meilleure visibilité sur les actions menées. Grâce à des indicateurs clés de performance, l’opérationnel pourra mieux contrôler son travail, atteindre plus facilement ses objectifs et donc gagner en performance.

L’arrivée des tableaux Excel a été, en son temps, une révolution dans l’efficacité opérationnelle du salarié, lui permettant d’automatiser ses calculs et de diminuer son nombre d’erreurs. Et surtout, de lui faire gagner un temps considérable.

La mise à disposition de nouveaux outils performants, plus poussés qu’une simple feuille de calcul, vont permettre au salarié d’accroître encore sa productivité. Et donc de lui faire atteindre ses objectifs plus rapidement.

Prenons un cas que nous connaissons bien chez AddWorking, celui d’un opérationnel du secteur de la construction :

Son entreprise sous-traite beaucoup et doit par conséquent, être très attentive à la capacité de production de ses partenaires. Grâce à la mise en place de flux centralisés, normés et aussi grâce à un environnement informatique bi-communicant, l’opérationnel peut consulter en masse et en temps réel les partenaires référencés, missionner des nouveaux travaux. Et par conséquent, produire plus vite.

 

Grâce à l’optimisation des processus, la notion de “saving time” émerge

Mais de quoi parle-t-on ? Le “saving time” c’est évidemment le fait de gagner du temps. Mais au profit de qui, de quoi ? De son service, de son activité ou c’est plus de temps pour jouer au baby-foot ?

La digitalisation des processus permet un gain de temps car elle va permettre la prise en charge de tâches à faible valeur ajoutée, souvent chronophages, et d’éviter le phénomène de “re-work”. Le “re-work” interne dans les entreprises est source de coûts de frottement importants, par conséquent le coût de revient de l’entreprise s’en ressent sur son offre.

Mais attention, l’entreprise doit s’inscrire dans une véritable politique de transformation digitale pour convertir la somme globale de “saving time” en optimisation d’effectifs afin de s’y retrouver dans son P&L.

 

Optimisation des effectifs ne veut pas dire “réduction”

La digitalisation va permettre à l’entreprise de réduire les tâches “indirectement productives” et ainsi profiter de nouvelles ressources disponibles pour les orienter vers des tâches “productives”, à plus forte valeur ajoutée.

Ainsi, chez un de nos clients, certains salariés (support/back office) en charge auparavant de réconcilier les factures entre sous-traitants et opérationnels (afin de faciliter l’input de paiement à la comptabilité) ont été affectés au département “ventes” afin de renforcer la croissance de leads pour les commerciaux.

 

 2. La digitalisation : une nécessité pour la survie de l’entreprise ?

L’entreprise qui s’inscrit dans une politique de transformation digitale permet à ses salariés d’être plus rapides, plus performants, plus efficaces. Elle prend surtout une sérieuse option pour tout simplement rester en vie à terme !

Cette digitalisation a certes un coût, mais il s’agit avant tout d’un investissement (même si certains diront qu’il s’agit d“une surcouche de coûts” à l’instant “t”).

Chez AddWorking, nous prenons le pari que dans les années à venir, les entreprises engagées dans un processus de digitalisation vont prendre un train d’avance et seront capables progressivement d’ajuster leurs coûts de revient et donc être plus compétitives sur leur marché.

Les autres devront réduire leur marge pour garder leur compétitivité… et on connaît la suite.

 

Vous avez des projets de digitalisation afin de simplifier les flux entre vos opérationnels et vos ressources externes (sous-traitants, prestataires …) ? Nous sommes là pour vous accompagner !

Avec l’App « Mes sous-traitants & moi© », AddWorking vous permet de gagner en performance opérationnelle et d’augmenter la productivité de votre entreprise.